*HUB «DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE»* BY MORGANE BRAVO

Tuesday, June 8, 2010

*«RECONSTRUISONS LE CHATEAU DE SAINT-CLOUD!»...France*


Maquette du château (Musée historique du parc)


Vue de la Galerie d'Apollon


Cascade par Le Pautre (1660-1665)





***Reconstruisons le Château de Saint-Cloud :

Le château de Saint-Cloud, aujourd'hui détruit, était un château royal situé à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) dans un site surplombant la Seine. Il ne subsiste aujourd'hui que le parc de 460 hectares (dénommé officiellement « Domaine national de Saint-Cloud »).

Saint-Cloud :
Le domaine national de Saint-Cloud est aujourd'hui affecté au ministère de la culture et donné en gestion au Centre des monuments nationaux. Il est ouvert au public et il est même possible d'y circuler en voiture, moyennant l'acquittement d'une taxe.

Reconstruction du château de Saint-Cloud :

Depuis 2006, l'association "Reconstruisons Saint-Cloud !" milite activement en faveur de la reconstruction du château dont subsiste l'ensemble des fondations, soit 25 % de l'édifice, que ce soit en termes de volume ou de coût financier (selon l'Architecte en Chef des Monuments Historiques, M. Pierre-André Lablaude).

S'inspirant directement de l'actuelle construction (totalement autofinancée) du château fort de Guédelon dans l'Yonne, cette association propose que la reconstruction du château de Saint-Cloud soit effectuée également dans le cadre d'un chantier ouvert au public dont les entrées payantes serviraient au financement des travaux, permettant ainsi la création d'un musée vivant des métiers d'art. Ce projet - soutenu entre autres par Jack Lang - reçoit un excellent accueil, aussi bien des partis politiques (de droite et de gauche), que de la presse...

N'étant pas situé en plein cœur de Paris mais à cinq kilomètres de la capitale, d'une part, se trouvant au milieu d'un espace vert de 460 ha, d'autre part, la reconstruction du château de Saint-Cloud apparaît à beaucoup - notamment pour des raisons urbanistiques - comme un projet plus réaliste que la reconstruction du palais des Tuileries...

Le Château de Saint-Cloud en 1855 par William Wyld

***Un projet économique, autofinancé,
s'inscrivant dans une logique de développement durable.

Une reconstruction qui va dans le sens de l'Histoire...

La reconstruction du château de Saint-Cloud ne peut surprendre que ceux (et ils sont nombreux) qui ignorent que, en Europe, le mouvement grandissant de reconstruction à l’identique des monuments disparus a vu pourtant le jour voilà près d’un siècle et demi et, pour être plus précis, en France, au lendemain de la Commune de Paris… Aussi est-il particulièrement curieux de constater, qu’après avoir été hier pionnière en ce domaine, la France se trouve aujourd’hui en queue de peloton d’un mouvement qu’elle a elle-même initié, même si elle a récemment reconstruit le parlement de Bretagne et le château de Lunéville incendiés. D’autant plus curieux que si, à l’époque, il était encore possible d’émettre des doutes quant à la pertinence de ces reconstructions à l’identique et au jugement que ne manqueraient pas de porter les générations futures, plus d’un siècle après, ces dernières ont rendu un verdict sans appel. C’est pourquoi, aujourd’hui, il ne se trouve plus de français à regretter qu’ait été reconstruit l’Hôtel de Ville de Paris, le Palais de Justice ou le Palais-Royal (devenu le siège du Conseil d'État, du Conseil Constitutionnel, de la Comédie Française, et du Ministère de la Culture...). Et ce n’est pas parce que, à la fin du XIXème siècle, des considérations politiques ont pu conduire les autorités du moment à ne pas reconstruire le château de Saint-Cloud, qu’au XXIème siècle, ne pourrait pas se poser à nouveau la question de cette reconstruction.

Que les choses soient claires, il ne s’agit nullement d’une démarche politique. Pas même d’une démarche identitaire… Non ! Partant seulement du constat que quelque chose de magnifique a été qui, malheureusement, aujourd’hui n’est plus, il convient selon nous de réparer un accident regrettable de l’Histoire. C’est pourquoi, si l’on considère que personne ne s’oppose au principe même de cette reconstruction, immédiatement, se pose alors la question du financement de celle-ci. Considérant que, pour diverses raisons, il ne saurait être accepté que des fonds publics servent à financer les travaux, dès lors, seuls des financement privés sont envisageables. Ce qui n’est d’ailleurs pas forcément un inconvénient dans la mesure où, si ces financements sont bien orientés et utilisés à bon escient, ils peuvent conduire à des résultats plus rentables, que ce soit en terme d’intérêt immédiat de cette reconstruction pour le grand public ou, une fois le bâtiment achevé, en matière d’équilibre et même de bénéfices du compte d’exploitation, celle-ci pouvant dès lors devenir pour partie commerciale. Notre association « Reconstruisons Saint-Cloud ! » ne disposant que d’un pouvoir de proposition, nous nous bornerons à faire des suggestions aux pouvoirs publics. Notamment en proposant à ceux-ci une solution financière principale, à laquelle peuvent s’adjoindre d’intéressantes solutions financières complémentaires, qui auraient pour mérite de permettre à cet édifice situé dans un cadre exceptionnel d’avoir une utilité autre, qu’exclusivement culturelle.

Un autofinancement et d'éventuels financements annexes.

Pour ce qui est de la solution financière principale, partant du constat qu’il existe en France depuis plus de dix ans deux chantiers ouverts au public où, dans le cadre d’un ‘’parc d’attraction’’, les entrées payantes des visiteurs financent avec succès les travaux de reconstruction, nous proposons une solution comparable pour la reconstruction du château de Saint-Cloud, permettant ainsi la création d’un "musée vivant des métiers d’art à la française". C'est pourquoi, dans un courrier qu'il m'a adressé le 24 février 2009, M..Pierre Chevalier, le Président de la « Société d'Encouragement aux Métiers d’Art », a exprimé son soutien à notre projet.

A ceux qui douteraient qu’une transposition de ces modèles économiques au site de Saint-Cloud soit pertinente, nous répondrons qu’elle l’est d’autant plus que les sites de la frégate du XVIIIème siècle l’Hermione à Rochefort ou du château fort de Guédelon dans l’Yonne, sont situés dans des endroits particulièrement excentrés et peu touristiques, qui auraient dû les conduire à un échec commercial et financier. Or, en dépit de ces handicaps, c’est tout le contraire qui s’est produit, le grand public les ayant au contraire plébiscités, comme en atteste les 250 000 visiteurs annuels permettant de salarier cinquante personnes. Et c’est ainsi que Guédelon est devenu le premier site touristique payant du département de l’Yonne et le deuxième de la région Bourgogne. A cet égard, en effet, et contrairement aux deux exemples précités, le site du Domaine national de Saint-Cloud bénéficierait d’une situation exceptionnellement privilégiée, dans la mesure où, premièrement, cette commune (desservie par le train, le tramway, le bus, le métro et la Seine) est également très proche de Paris qui est, non seulement la capitale de la France, mais également la ville la plus visitée au monde. Deuxièmement, il convient de souligner que ce site (desservi par l'autoroute de Normandie qui le borde) se trouve sur l’axe Paris-Versailles, lequel est l’axe le plus touristique de la planète. Troisièmement, rappelons que la région parisienne est la plus peuplée de l'hexagone, puisqu’elle rassemble à elle seule 12 millions d’habitants, soit davantage que des pays comme la Suisse ou la Belgique; autrement dit, autant de visiteurs potentiels. Surtout que ce chantier étant par nature évolutif, les visiteur devraient (au fur et à mesure de la progression des travaux) revenir... et donc payer plusieurs fois !

*Laurent Bouvet, Fondateur de l’Association "Reconstruisons Saint-Cloud !"

*Site officiel de l'association :
http://www.reconstruisonssaintcloud.fr

*VIDEO : "Ils veulent reconstruire le château de Saint-Cloud" :
http://videos.leparisien.fr/video/iLyROoafYE-M.html

*Le duc d’Anjou, apporte son soutien à la reconstruction du Château de Saint-Cloud - La couronne
www.la-couronne.org

*Soutiens des Partis Politiques :
http://www.reconstruisonssaintcloud.fr/Soutiensdespartispolitiques.html

*Morgane BRAVO, apporte son soutien à la reconstruction du Château de Saint-Cloud
http://bit.ly/cDpj96

*GROUPE FACEBOOK : « RECONSTRUISONS LE CHATEAU DE SAINT-CLOUD ! »
http://www.facebook.com/group.php?v=wall&gid=46321139735

*Photos du Château : Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Saint-Cloud


***Excellent Projet...Notre humble soutien...;-) Reconstruisons le Château de Saint-Cloud!

-Un projet économique, autofinancé,
s'inscrivant dans une logique de développement durable!

-Une reconstruction qui va dans le sens de l'Histoire...

-Un autofinancement et d'éventuels financements annexes.

-Une reconstruction possible créatrice de richesses et d'emplois nouveaux...!

*Reconstruisons le Château de Saint-Cloud...France*
http://parisinternational.blogspot.com/2010/04/reconstruisons-le-chateau-de-saint.html

A SUIVRE...!

Bien à vous,

Morgane BRAVO

Saturday, May 1, 2010

*MERCI, THANKS, GRACIAS : MES CHERS VISITEURS...*


Un brin de muguet pour vous!

***MES CHERS VISITEURS, FOLLOWERS, AMIS, CONTACTS DIRECTS, FANS...

JE TIENS A VOUS REMERCIER POUR L'INTERET QUE VOUS PORTEZ...

AUX BILLETS...DE MON HUMBLE BLOG ;-)

*** BIENVENUE* WELCOME* BIENVENIDO* WILLKOMMEN* WELKOM* BENVENUTO* BOAS-VINDAS* WITAJ* VITAJTE... ***

"Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi, ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l'immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire." Confucius

Bien à vous,

Morgane BRAVO

Wednesday, March 31, 2010

*Le Sénat souhaite limiter l'autoentrepreneuriat à 3 ans*

***La commission des finances du Sénat envisage de limiter dans le temps l'inscription au régime créé par Hervé Novelli. Des sénateurs craignent que les autoentrepreneurs à part entière ne fassent à terme concurrence aux artisans.

Une première égratignure au régime qui a boosté la création d'entreprise en 2009? A l'issue d'une table-ronde organisée au Sénat pour tirer le bilan du régime de l'auto-entrepreneur, plusieurs sénateurs, dont Jean Arthuis, président de la Commission des finances, ont proposé une limitation du dispositif dans le temps. En pratique, un auto-entrepreneur ne pourrait le rester que trois ans maximum. Le but de cette proposition, qui devrait à terme être reprise dans le cadre d'un amendement à un projet de loi, est double.

Elle vise d'abord à éviter qu'au-delà du seuil de chiffre d'affaires limite fixé par la loi, les auto-entrepreneurs cessent de déclarer les revenus supplémentaires plutôt que de passer dans le régime de droit commun. La mesure vise ainsi à la fois à limiter l'étendue de l'activité au noir, et à contraindre ces auto-entrepreneurs chevronnés à évoluer au bout de trois ans vers le régime classique de l'entrepreneur. Car les entreprises de droit commun, et en particulier les artisans, se plaignent de la concurrence déloyale que leur opposent les auto-entrepreneurs. D'après les statistiques de l'Insee, un tiers d'entre eux exercent en effet comme artisans, sans cependant payer les charges auxquelles sont soumis leurs congénères.

«Ou le régime est mauvais et il faut l'abolir, ou il est bon, et il doit être pérenne»

Les sénateurs, qui souhaitent également imposer une obligation de déclaration de chiffre d'affaires, même s'il est nul, voient dans cette mesure la possibilité «d'accroître l'accompagnement des autoentrepreneurs», précise Jean Pouch, administrateur au Sénat. Et ainsi, de mieux les identifier. Il serait notamment possible de distinguer ceux qui ne se servent du régime que pour accroître et compléter leurs revenus pour lesquels les sénateurs ne voient pas d'inconvénient à ce qu'ils restent autoentrepreneurs autant de temps qu'ils le voudront - , de ceux qui sont auto-entrepreneurs à plein temps, et ont vocation à devenir de véritables entrepreneurs.

Hervé Novelli s'est d'ores et déjà prononcé contre cette mesure, en laquelle il voit une façon de complexifier un régime qui doit beaucoup à sa simplicité. En 2009, 320.000 inscriptions ont en effet été enregistrée à ce titre. Du jamais vu. François Hurel, président de l'Union des Autoentrepreneurs, affirme de son côté «ne pas très bien comprendre cette proposition : ou le régime est mauvais et il faut l'abolir, ou il est bon, et il doit être pérenne» estime-t-il, soulignant que la création du régime de l'auto-entrepreneur a d'ores et déjà permis de réintégrer beaucoup d'argent dans le giron des caisses de l'Etat. Enfin, «à partir de quand autoriser à nouveau à s'inscrire au régime ?» s'interroge-t-il. Autant de questions auxquelles devront répondre les sénateurs.

Marie Bartnik
Le Figaro
30/03/2010


Bien à vous,

Morgane BRAVO

*P. Sarkozy : Discours devant les étudiants de l'universite de Columbia*










***En effet,
Au 21ème Siècle : Il faut, un Nouvel Ordre Economique International...!

**A propos de l'Amérique Latine : Elle est hispanophone... sauf le Brésil (portugais)...!

"L'AMERIQUE LATINE" ("Les pays de l'Amérique Latine" : BICENTENARIO DE SU INDEPENDENCIA..."Bicentenaire de son Indépendance ...") :

L’expression Amérique latine peut désigner :

*Selon un critère linguistique, l’ensemble des pays du continent américain où l’on parle l’espagnol ou le portugais (Brésil).

*L’Amérique latine comprend donc la majeure partie de l'Amérique du Sud, de l’Amérique centrale et en partie l’Amérique du Nord (le Mexique).

*À l'exception éventuelle de Haïti, le français, malgré son caractère de langue latine, ne joue guère de rôle pour définir l'appartenance à l'Amérique latine.


*Le Mexique a plus de droits que le Brésil à devenir membre permanent
du Conseil de Sécurité des Nations Unies...

Le PIB du Brésil par habitant, est inférieur à celui de l'Argentine, du Chili et du Mexique.

Le Mexique avait en 2006 la 14e économie mondiale. Il possède une économie de marché orientée vers l'exportation, et dispose du plus haut revenu par habitant d'Amérique latine, en taux de change sur le marché. Le Mexique est le seul État d'Amérique latine membre de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)...2010 BICENTENARIO INDEPENDENCIA & CENTENARIO REVOLUCION...*

Bien à vous,

Morgane BRAVO

Friday, March 26, 2010

*Pierre Jeanniot "L'Aviation : paradoxes et paradigmes" : Délégation Générale du Québec*Paris


Monsieur Pierre Jeanniot,
Directeur général émérite IATA, ancien Président-directeur général d’Air Canada.

***Dans le cadre des activités du Club Economique France-Québec :

Le Délégué Général du Québec en France
Monsieur Wilfrid-Guy LICARI,

nous a convié,

le 25 Mars 2010 à 19h00, à la Résidence du Délégué Général du Québec à Paris :

A la Conférence de

*Monsieur Pierre Jeanniot,
Chevalier de la Légion d'honneur, Directeur général émérite IATA, ancien Président-directeur général d’Air Canada,

sur le thème :

"L'Aviation : paradoxes et paradigmes".

***M. Jeanniot a été Directeur général et Chef de la direction de l’Association du transport aérien international (IATA), de janvier 1993 à juin 2002. Au cours de son mandat, il a dirigé la transformation de l’IATA, aujourd’hui organisation de référence pour l’ensemble du transport aérien. Il a été nommé Président directeur général d’Air Canada en 1984 après avoir dirigé plusieurs services stratégiques au sein de l’entreprise. Il a piloté le projet de privatisation de la compagnie qui était alors une entreprise d’État, pour être ensuite reconduit dans ses fonctions de pdg pour un nouveau mandat. Alors qu’il était responsable des Services techniques, M. Jeanniot a contribué directement au développement du premier système d’enregistrement de vol – la fameuse « boîte noire » - qui est devenue un instrument indispensable à la sécurité des passagers et des équipages d’appareils commerciaux à travers le monde.

*Photos : Morgane BRAVO




Monsieur Pierre DECREUX,
Chargé de Mission auprès des Pays Francophones. (droite)


Morgane BRAVO & Monsieur Wilfrid-Guy LICARI, Délégué Général du Québec.


*Publication d'une biographie de M. Pierre J. Jeanniot, premier chancelier de l'UQAM :

Les Presses de l'Université du Québec viennent de publier la biographie de M. Pierre J. Jeanniot, qui fut le premier chancelier de l'UQAM (1995 à 2008). Rédigé par Jacqueline Cardinal et Laurent Lapierre, Pierre Jeanniot - Aux commandes du ciel nous fait suivre les traces de celui qui fut l'un des leaders dans le monde du transport aérien...

***M. Pierre Jeanniot, Québécois passionné de sécurité...
Félicitations...! Excellente Conférence : très intéressante...passionnante & conviviale!***

*Le 13 novembre 2009,
L'ancien président d'Air Canada, Pierre Jeanniot, commente la fusion British Airways et Iberia :

http://videos.argent.canoe.ca/archive/category/emissions/pierre-jeanniot/50109819001

Bien à vous,

Morgane BRAVO

Monday, January 18, 2010

*Le spectre d'une nouvelle récession... : Dominique Strauss-Kahn*

***Alors que la reprise s'installe dans la plupart des pays développés, les risques d'une nouvelle récession les menacent toujours.

Le directeur général du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, persiste, et prévient encore une fois que le retrait prématuré des mesures de soutien à l'économie pourrait avoir des effets catastrophiques. Selon lui, la reprise économique est encore trop fragile.

Le grand patron du FMI s'appuie sur l'exemple japonais pour démontrer qu'un pays n'enregistre une réelle reprise que lorsque les entreprises et les banques assainissent leur bilan. Le Japon, qui a connu une grave crise financière à la fin des années 1990, a pris des années à s'en remettre.

Dominique Strauss-Kahn critique les pays dont la nouvelle priorité est de lutter contre l'endettement public. Pour aider leur économie à se redresser, de nombreux États ont emprunté massivement, et les coûts de cette dette réduisent aujourd'hui la marge de manoeuvre des gouvernements.

Selon le directeur général du FMI, les pays qui mettront un frein trop rapidement à leurs dépenses de relance, dans le but de réduire leur endettement, mettront en péril leur reprise économique.

Chose certaine, la sortie de crise aura un coût. Le FMI avance que l'abondance de liquidités dans le monde et le très haut niveau d'endettement de la plupart des pays développés sont des problèmes qui ne seront pas réglés avant au moins une décennie.

RADIO CANADA
18 janvier 2010